La période de l’occupation nazie de 1940 à 1944


TÉMOIGNAGE  D’UN  HABITANT  D’ERSTEIN


       Monsieur Marc NICOLA témoigne avec ses mots de cette page sombre de l’histoire que fut l’occupation nazie à Erstein. Il est né le 14 janvier 1931 et a toujours vécu à Erstein. Il s’est marié en 1957 avec Melle  Marlyse Kohler d’Osthouse et quatre enfants sont issus de cette union. Nous relatons sur cette page une partie de son enfance, à partir de son écrit datant de 2007.

     Mais il est avant tout un passionné de l’Histoire locale. Il a su s’entourer d’amis avertis et d’historiens pour nourrir sa passion. Il n’a pas écrit de livre mais il a contribué à sa façon en illustrant l’Histoire par la réalisation de maquettes : des reproductions de bâtiments historiques, aujourd’hui disparus. Ses œuvres sont conservées aux Archives Municipales. Une vidéo enregistrée par TV Erstein lors d’une exposition à la médiathèque est disponible sur notre site.

      A ce jour, M. Marc NICOLA est toujours disponible pour raconter et partager ses souvenirs et connaissances en la matière avec ses contemporains.

                                                                                                             Le site Erstein67                               

RENCONTRE AVEC LE GÉNÉRAL LECLERC

LA LIBÉRATION D'ERSTEIN

DE GAULLE à ERSTEIN le 24 décembre 1944

LE CHAR DE COMMANDEMENT « TAILLY »

LES CACHES DE LA MAISON VOGEL

ANECDOTE DE LA DRÔLE DE GUERRE

BATTAGE - MOULAGE DU BLÉ EN FAMILLE

LE TABAC

LA CLASSE 1931

LES QUATRE ANNÉES DE GUERRE

LA RACLÉE DE MA VIE

LES ENVAHISSEURS

Un matin de décembre 1944, je remontais avec un copain la rue des Cordiers précédemment Horst Wessel Strasse, actuellement rue du Général Leclerc. Le Général Leclerc avait son P.C. dans cette rue, actuellement la maison Andres. Il passait plusieurs fois par jour, seul (sans garde du corps) allant à ses bureaux qui se trouvaient dans la même rue, la maison Vogel (2).

Passant avec sa canne légendaire, il répondait aux bonjours des gens qu'il croisait. Revenons à mon anecdote. Comme couvre chef, j'avais un calot bleu marine avec un liséré jaune que ma mère m'avait acheté en 1939 et sur lequel j'arborais un insigne militaire. Le Général s'arrêta à ma hauteur, s'approcha visiblement pour examiner cet insigne qui était celui du 192ème régiment d'artillerie lourde tractée. Régiment qui était cantonné à Erstein en 1939 (mais sans artillerie). Les militaires avaient creusé les fondations d'un ouvrage dans un jardin où se trouve actuellement le garage des autocars Grendelbach, ainsi qu'un abri sous terrain dans le jardin de la maison Klotz-Muller .

Le Général s'approcha et examina cet insigne. Il me dit : je te remercie jeune homme, c'est bien. Mettant sa canne dans la main gauche, il me serra la main. Vous pouvez me croire, que c'est avec fierté que je lui répondis : merci mon général, me gratifiant d'un sourire, il continua sa route.

RENCONTRE AVEC LE GÉNÉRAL LECLERC

LA LIBÉRATION D'ERSTEIN

Depuis deux jours on entendait le grondement lointain des canons. Nous campions avec nos voisins (familles Kurtz, Kopff, Thurnreiter et Sutter) dans la cave de la maison Vogel. Dans la nuit du 27 au 28 novembre 1944, cela devient plus sérieux. On parlait d'une proche libération. Les adultes se tenaient au courant par les informations captées sur un poste clandestin. Les magasins d'alimentation de l'armée allemande furent pillés par la population. Ces stocks se trouvaient à la filature et aux cours complémentaires (4). Il parait qu'on voyait passer des hommes qui jouaient au cerceau avec des tomes de gruyère.

Après minuit, mon père m'avait emmené au grenier (c'est la plus haute maison d'Erstein) de la haut nous avions une très bonne vue du théâtre des combats, les éclairs de tirs les incendies, etc.

Réalisant que la situation devenait très sérieuse, nous sommes descendus pour fermer la porte donnant sur la rue. Au même moment où mon père tournait la clef, un soldat allemand voulait ouvrir. Nous entendions discuter de l'autre coté « verdamt noch einmahl hier ist alles geschlossen » nous étions pétrifiés. Après leur passage nous avons réintégré la cave afin de faire part aux hommes de notre aventure et je me rappelle de l'observation d'un de nos voisin « laisse les venir, nous avons de quoi les accueillir, en nous montrant 2 carabines avec munitions ». Vers le matin nous sommes encore une fois montés au grenier, poste d'observation. Et là, les tirs avaient diminué, quelques rafales de tirs automatiques, mais à 3 endroits où nous pouvions apercevoir des incendies.

Le matin de bonne heure, avec des copains, nous sommes allés en ville. Le centre grouillait de monde, civils étonnés et heureux ainsi que des militaires attentifs et soucieux. Nous avions basculé dans une autre époque. Il y avait également les engins de guerre blindés gros et légers, et surtout des jeeps. Cette jeep qui m'avait laissé une drôle d'impression, une impression de bagnole caisse à savon.

Les pompiers travaillaient à l'incendie d'une belle maison alsacienne (actuellement Hoch). Dans la cour de la brasserie Klotz sont déposés les cadavres de soldats allemands. La population était en liesse, pour nous les jeunes une nouvelle aventure allait commencer. Observation d’engins militaires, armes, schwingum , etc. tous ces flashs étaient trop rapides pour que je m'en souvienne. il y avait beaucoup de bon mais également du néfaste et dangereux.

La page noire de notre libération fut la vengeance d'un sous-officier qui s'est fait, par des dénonciations honteuses, remettre quelques civils (collaborateurs ?) des lampistes qui furent fusillés au cimetière, sans aucune forme de jugement. Cela a jeté un froid au sein de la population. La liste des suppliciés n'était pas terminée, mais grâce aux autorités d'Erstein maire, adjoints, pharmacien, recteur) se sont interposés à ce massacre. A ce jour l'affaire n'est toujours pas élucidée et ces martyres ne sont pas réhabilités ? Pour moi et pour la ville d'Erstein c'est une honte.

DE GAULLE à ERSTEIN le 24 décembre 1944

Le matin du 24 décembre un officier et des militaires viennent chercher mon père et l'emmènent à la maison Vogel. Midi à table motus et bouche cousue. Mon père est muet comme une carpe devant les questions de ma mère. Après le déjeuner, branle bas de combat autour de l'armoire à linge. Draps taies d'oreiller le plus ultra pour un lit-milieu. Ma mère était brodeuse, nous avions un stock  impressionnant de parures de lit.

L'aller-retour de mon père à la maison Vogel se faisait sous escorte de soldats armés. On ne savait toujours pas pourquoi ce remue-ménage en ville l'après-midi. Nous assistions au camouflage des vitraux de notre église paroissiale à l'aide de grandes échelles et de couvertures. C'est pour la messe de minuit qu'on nous disait, et qui aura lieu à 17 heures. On ne prévient que l'après-midi, il y a répétition de chant choral. Monsieur Hertzog avait du pain sur la planche.

Le soir au dîner, mon père lâche le morceau : le général De Gaulle est en face, il a la grippe et mon père est le garant de son bon confort. C'est pour cela que je peux dire que De Gaulle a couché dans nos draps. A 17 heures, l'église était noire de monde. J'étais à la tribune de l'orgue, c.à.d. en première loge. Puis le Tedeum, avançant dans l'allée centrale le Général De Gaulle accompagné du Recteur Lux, du Maire J-Ph Bapst, du Général Leclerc, du Ministre de la Guerre et toute une pléiade d'officiels, le tout entouré de militaires en armes. Tout cela est un passionnant souvenir de mon premier Noël français après la Libération. N'oublions pas que la troupe allemande était bloquée à 5 km, à Krafft, parce que le pont du canal a été dynamité (au retour de la poche de Colmar pour reprendre Strasbourg).

LE CHAR DE COMMANDEMENT « TAILLY »

Pendant le cantonnement de la 2ème D.B. à Erstein (5 semaines après la libération) ma chambre était occupée par le Lieutenant Guibé avec son ordonnance Henri Henriette. Le Lieutenant était chef du P.C. avant du Général Leclerc. Tous les matins son état major tenait une réunion dans notre salle à manger. A cette occasion ma mère leur faisait du café, du vrai, mon père leur offrait la mirabelle qu'ils appréciaient beaucoup.

Le Lieutenant Guibé était Juriste à Orléans. J'ai fait des recherches lors du 50ème  anniversaire de la Libération. Je l'ai retrouvé et lui ai écrit. Il m'a répondu, c'était un homme très âgé et malade. Son décès est survenu quelques temps après.

Durant toute cette période, il y avait un char Scherman sous la fenêtre de ma chambre. Un matin, le mécano me demanda de l’aider à nettoyer totalement l'intérieur de ce char. Vu ma taille, je pouvais accéder à l'intérieur à tous les recoins. Ce char TAILLY était le char du commandement du Général Leclerc. La tourelle était désarmée, le canon était fictif : un tuyau de poêle. L'intérieur était peint en blanc avec une table et des cartes. J'ai dégagé un tas impressionnant des cartes d'état-major crayonnées de toutes les couleurs, plan de bataille de la 2ème D.B, j'aurais voulu les garder, mais le mécano les a brûlées, dommage. Pour me remercier de mon aide, j'ai eu droit d'emmener un grand panier plein de victuailles, boîtes de conserve, chocolat, biscuits, schwingum, rations de survie, etc…

LES CACHES DE LA MAISON VOGEL

Cette grande bâtisse servait pendant l'occupation en premier lieu de « Kreisleitung », genre de préfecture où se pavanaient à longueur de journée des « Goldfasanen » (faisans dorés) à cause de leurs uniformes de la même couleur. Puis ce fut la demeure de Mr et Mme Hermann et Ady Merx avec leur Bübchen Hermann junior rouquin, chiant, à qui je devais construire des maquettes d'avion et de chars en carton à longueur de journée. La famille Merx était très avenante et correcte. M. Merx ne manquait jamais l'occasion de parler le français avec ma mère, un français qu'il maîtrisait très bien. Pour nous cette langue était strictement interdite. Revenons à nos caches, donc tout ce monde là se déplaçait journellement sous un immense drapeau français caché sous la poutre maîtresse du grenier.

Dans la cave sous l'escalier d'entrée, mon père avait aménagé une cache secrète (3x3 m). Il y avait entreposé toute l'argenterie, la cristallerie et les porcelaines et marbres de la famille Vogel qui avait dû quitter les lieux avant l'invasion allemande

Après les hostilités, au retour des Vogel (3), la cache fut ouverte en présence de ma mère et de M. et Mme Vogel et leurs biens leur furent rendus.

Une anecdote : une fois les premières pierres descellées, le couvercle d'une caisse en bois céda et une sculpture en marbre d'un buste de jeune fille tomba et se fragmenta. Lors de mon mariage la famille Vogel nous a fait cadeau de ce buste en marbre blanc qui subit une belle restauration. Elle trône aujourd'hui sur un meuble de la salle à manger. Une autre cache se situait sous le toit assez bas d'un appentis. Il y avait là des caisses remplies de pièces de partitions, Marseillaise, Sambre et Meuse, etc. tous les chants patriotiques. Comment se trouvaient-elles là ?

Mon père était donc affecté à l'entretien de cette villa. Lors du passage de la Kreisleitung (env. un an) il y a eu dans tout le canton un ramassage forcé des partitions françaises auprès des harmonies, cliques et chorales. Tout ce matériel était amené à la Kreisleitung. On adjoignit à mon père un militaire qui devait lui aider à brûler tout ce « welcher blunder » dans la chaudière du chauffage. La première heure, ils brûlèrent quelques futilités et mon père renvoya ce militaire qui s'embêtait et qui en était bien content.

Une fois seul, mon père transporta toute cette cargaison sous les combles de cet appentis. Pour ce faire, il attendit naturellement la nuit. Et c'est ainsi qu'à la libération il prévint toutes les sociétés de venir chercher leurs biens. Les sociétés purent immédiatement commencer leurs répétitions afin d'animer les festivités de la libération. La seule fausse note de cette histoire était la déception de mon père, aucune société ne lui a manifesté un remerciement. ? Cet acte de courage était un dû !

ANECDOTE DE LA DRÔLE DE GUERRE

Lors de la mobilisation générale de cette drôle de guerre, mon père a été engagé dans ce conflit. Son itinéraire était assez rocambolesque. Parti des Vosges, il contourna Paris, passa par la Belgique et la Hollande et atterrissa dans la Boucherie de Dunkerque. Son récit de la marche sur les cadavres, de la puanteur des incendies, de l'attente sur la plage d'un embarquement pour l'Angleterre sur le Foudroyant, était incroyable.

Il embarqua sous le feu des mitrailles des Messerschmitt et les bombardements des Stuckas. Débarquement sur les plages de Douvre. Le Foudroyant repris la traversée et mon père assista à son agonie à quelques kilomètres du rivage. Il coula instantanément. La troupe ou le troupeau marcha de Douvre à Plymouth. Là, rebelotte, il réembarqua (Français indésirables).

 Retour en France, dans les mêmes conditions : marche jusqu'en Champagne. Là il est doté de son premier fusil avec quelques cartouches, non pas pour tirer sur l'ennemi, mais bien dans les foudres de champagne. Il disait souvent «  j'ai marché jusqu'aux genoux dans le champagne ». Après une marche assez pénible, exténué et fatigué, il s'allongea dans l'herbe près de l'église d'Ey en Champagne et s'endormit.

Après un moment, il sentit que quelqu'un le chatouilla au pied. Il ouvrit les yeux, vit une paire de bottes et une mitrailleuse un peu plus haut un casque allemand. Le boche lui dit « Erhebet Euch ihr schwache Geister » (levez-vous esprits faibles). C'est ainsi qu'il fut fait prisonnier, envoyé jusqu'à la Lueneburgerheide, au nord de l’Allemagne. De là, il fut envoyé dans ses foyers. Il était un des derniers à rentrer à Erstein.

BATTAGE -MOULAGE DU BLÉ EN FAMILLE

Les restrictions et la guerre avaient rendu mon père très inventif. Au lieu de chercher des « Heilkraüter » herbes à tisane pour la Wehrmacht ou de collecter des vieux papiers ou ferraille, mon père m'obligeait à glaner du blé. Les épis étaient rassemblés en petits gerbes bien serrées (la paille était nattée). La moisson terminée, mon père procéda au battage.

Pour cela il avait inventé une batteuse de son cru. Cette machine était constituée par une bicyclette. Le vélo renversé, élimination de la roue avant ainsi que de la fourche. A cet emplacement la fixation de la selle et voilà notre batteuse terminée. La force motrice c'était ma pomme. Je m'installais sur la selle, empoignais les pédales et faisais tourner la roue arrière à toute vitesse. Mon père, assis devant cette turbine, appuyait les épis des gerbes contre les rayons de la roue. Le choc faisait éclater les épis et les grains de blé étaient éjectés dans le coin de la pièce, il suffisait d'épurer le tout et de le passer au moulin. Ce moulin, une autre invention de mon père, le moulin à grains était fixé sur un bac, la manivelle démontée et une perceuse électrique fixée sur l'axe du moulin.

On était prêt pour le service. Mon père assis sur le bac tenait la perceuse et la faisait tourner. Moi, j'introduisais les grains de blé, ma mère sortait la matière moulue. Il ne restait plus qu'à tamiser le tout pour avoir une bonne et belle farine et du son. La boulangerie suivait, le pain fait par maman était succulent.

LE TABAC

La Filature était en plus une usine de construction mécanique en tout genre. Pour Noël par exemple, le « règne » qui était de l'étain et qui servait à mouler les coussinets de roulement des machines se transformait en une armée de soldats de plomb. Résistance passive pour narguer l'autorité allemande.

Revenons à notre sujet « le tabac ». Il se fabriquait en série des machines pour couper le tabac. Cela consistait en une presse suivie d'un massicot. Une de ces machines était installée chez nous dans la cave. Le tabac séché en poupées était apporté par les habitants. Mon père, ainsi secondé,  procédait à la découpe de cette précieuse herbe à nicot.

Comme nous habitions une impasse, j'avais comme mission de faire la garde devant celle-ci et de prévenir quand des intrus se présentaient « car la machine faisait un certain bruit qui s'entendait depuis l'extérieur ».

Le tabac était ensuite passé dans une mixture dont je ne me souciais pas de la composition, puis séché et fumé. Les cigarettes faites avec ce tabac se nommaient des « Totenbaumnaegel », ça indiquait bien ce que cela voulait dire, des clous de cercueil. Le tabac était vraiment de mauvaise qualité.

LA CLASSE 1931

Elle était née sous une bonne étoile. Les dix premières années : jeunesse ordinaire dans une France insouciante de la belle époque, surtout moi chouchouté étant fils unique.

LES QUATRE ANNÉES DE GUERRE

-Trop jeune pour être germanisé (incorporation).

-Le temps de l'école était très écourté (pas plus que quelques heures de cours). Vu les alertes et les temps passés à la cave.

-Le ramassage de papier, fer, verre, tissu, toutes sortes de plantes pour tisanes, et tout  ce matériel devait contribuer à la victoire.

- L'instruction et l'éducation se faisaient par la raclée sur l'arrière-train. Mon postérieur était bleu du 1er janvier au 31 décembre. Notre instituteur M. S… était dans son genre un spécialiste des châtiments corporels. Personnellement, j'étais corvéable chez lui pendant toute l'année (ramasser les pommes, les mirabelles, empiler le bois, etc). Tous les matins et soirs je lui trimbalais sa serviette avec nos écrits, il habitait en face de chez moi.

-Nos loisirs étaient sains, toujours dans la nature, soit en imitant les grands, en guerroyant quartier contre quartier « s'dorf contre le bruhly » chapardant dans les champs, plutôt que de glaner (pommes de terre et blé). Il fallait également sillonner les routes pour ramasser le fumier de cheval, chose impossible aujourd'hui avec les chevaux vapeur. La guerre a laissé derrière elle des armes et des munitions (ça pète et ça éclaire).

D'abord en 1939, il y avait le « Negerdärfel ». Dépôt de munitions que l'armée française avait fait sauter, que de trésors de guerre qu’on glanait. A la libération, c'était pire, les deux protagonistes laissaient tout sur place (armes et munitions). Les expéditions se faisaient par bandes. Le terrain d'expériences se faisait sur les « Dorfmatten » et aux 7 écluses. Pêches à la grenade à main, tir au colt et sten, les balles partaient toutes en l'air, le recul était trop fort pour nos petites mains. Le plus passionnant de nos jeux était la poudre sous forme de plastic, paillettes, macaronis, etc. Pour le plastic, il nous fallait des détonateurs. Ceux-ci furent récupérés surtout sur les mines antipersonnelles en bois (allemandes) qui jonchaient partout. Ca c'était pour faire péter ; poudre, macaronis, etc. étaient pour le feu d'artifice.

LA RACLÉE DE MA VIE

Non loin de chez nous, il y a eu un incendie d'une grange. Les militaires y avaient entreposé des munitions entre autre des obus 75 pour blindés . Nous nous empressons pour assister au sinistre.

Aubaine, nous avons reluqué les 75 et nous connaissions leur contenu : des macaronis noirs diam. 4 mm long de 50 cm. Nous nous sommes organisés 4 engins, les avons désamorcés et sortis les macaronis. Rendez-vous sur les « Dorfmatten » pour un feu d'artifice. C'était passionnant, ça illuminait, ça pétait. On s'amusait sans se soucier. Quand tout à coup un copain m'annonçait la venue de mon père au loin. Je le laissait venir à 10 mètres puis j'ai décampé à toute allure.

En rentrant chez moi, ma mère me prévient que mon papa a eu vent de mon méfait et m'avait promis une correction. Il est rentré, ma mère a quitté la cuisine, j'étais seul avec le dompteur. Il a plaqué la table devant l'entrée de la cuisine, a sorti une cravache tressée et a commencé la distribution, c'était terrible, mémorable. A partir de ce moment, je n'ai plus touché une seule cartouche. Aujourd'hui encore en y pensant, je me dis qu'il avait raison.

LES ENVAHISSEURS

En 1940, les militaires français après avoir fait sauter les ponts sur l’Ill et les canaux ont déserté. Nous étions dans un Nomandsland pendant près d'un mois. Un matin, près de la poste, on les a vus : H. J. Hitlerjugend ( jeunesse hitlérienne).

L'enrôlement était fait assez rapidement, via l'école et c'était obligatoire. Ce n'était pas ma tasse de thé. Les supérieurs m'appelaient « Franzosenkopff » (crâne de français). Mon père a reçu une première amende de 5 Mark pour manquement à la réunion. La deuxième amande était de 10 Mark. Mon père avait assez de payer et m'obligea d'y aller. Au bout de quelques semaines, nouveau manquement. Là bibi devait se présenter à la gendarmerie.

Laurel et Hardy « Pfeffer et Wambo » flics, un maigre et petit, l'autre grand et gros, nous ont accueilli avec deux copains. On nous a confié à chacun un couteau de cuisine avec lequel nous avons dû enlever les mauvaises herbes entre les pavés de la cour de la gendarmerie et ça pendant 6 heures, sans boire ni manger. Puis je me suis confié à un instituteur Monsieur Ehret, qui m'a pris sous sa protection en m'engageant dans le « N.S.Fliegerkorps » section qui s'occupait surtout de la construction des planeurs. Ca me préserva des H.J. jusqu'à la Libération. Pendant ces trois ans j'ai pu construire :

3 Jungvolck    1,2 m d'envergure

1 Rhon  2 m

1 Volkensegler 1,5 m      

et tous ont volé. Le Jungvolck, je pourrais encore le construire de mémoire aujourd'hui. Vers la fin on m'a employé à aider à la construction d'un planeur grandeur homme qu'on faisait voler à Osthouse sur le Hopfebuckel. A l'école le Hochdeutsch, l'allemand passe difficilement, étant francophone. Quatre heures de cours par jour, quelquefois interrompus pour cause de « Fliergeralarm ». On passait jusqu'à trois heures dans une cave-abris.

     L'après-midi était consacrée aux H.J., activités paramilitaires. Récupération allant des os, tissus,  papier, métaux, etc. Il y avait également la cueillette des « Heilkrauter », la flore tisanière allant de la fleur de pissenlit aux orties. Tisanes pour les soldats du front et pitance pour les camps de concen- tration. Le sport laissait une large plage (paramilitaire), lancement de grenades, ranger, etc. Plantation de mûriers pour l'élevage de vers à soie (tissu pour parachutes). Ramassage de doryphores, une anecdote : un paysan voisin m'a apporté un récipient de deux litres rempli de doryphores. Le matin, je me suis empressé de le rapporter à l'école en leur disant que je les avais ramassés. Le cadeau surprise : huit jours après, j'ai reçu de la Caisse d'Epargne un livret avec 20 Marks, avec l'inscription suivante : « Der geschenkte Betrag bleibt gespert bis zur RDA-Musterung ».

L'école était aussi pour la rentrée, pour un anniversaire NS, une victoire de l'armée, la montée du drapeau accompagnée de chants et de discours. Le début des cours a commencé par le salut hitlérien collectif. Ecoute du Heeresbericht, du nombre de Brutoregistertonnen envoyés au fond de la mer par la Kriegsmarine. Interdiction de lancer un bonjour, un merci, de coiffer un béret (Judenmütze).

Mémoire écrit à Erstein par :

Marc NICOLA

RENCONTRE AVEC LE GÉNÉRAL LECLERC

LA LIBÉRATION D'ERSTEIN

DE GAULLE à ERSTEIN le 24 décembre 1944

LE CHAR DE COMMANDEMENT « TAILLY »

LES CACHES DE LA MAISON VOGEL

ANECDOTE DE LA DRÔLE DE GUERRE

BATTAGE - MOULAGE DU BLÉ EN FAMILLE

LE TABAC

LA CLASSE 1931

LES QUATRE ANNÉES DE GUERRE

LA RACLÉE DE MA VIE

LES ENVAHISSEURS

(1) Le général Philippe Leclerc de Hauteclocque 1947 lors d’une commémoration à Erstein.

(2) La maison Vogel est aujourd’hui le bâtiment qui héberge la Trésorerie d’Erstein 17 Rue Du Rempart.

(3) Monsieur Vogel est un ancien directeur de la Filature d’Erstein

(4) établissement scolaire pour les cours complémentaires (collège).

Le général Leclerc (1)